Paroisse de la Bonne Nouvelle

Bienvenue sur le site de la paroisse de la Bonne Nouvelle
Lannion / Pleumeur-Bodou

Edito de février 2024

La taille d’une paroisse tient-elle au remplissage de ses églises ? Le nombre des chrétiens est-il synonyme des pratiquants réguliers que nous sommes pour la plupart ?

Toute une partie du troupeau est invisible : tous ceux qui ne peuvent pas – ou ne peuvent plus – être présents dans nos assemblées dominicales, ceux qui sont hospitalisés, ceux qui ont fait – de plus ou moins bon gré – leur demeure en Ehpad ( dans notre paroisse trois établissements communaux : Sainte Anne, le foyer Paul Hernot, le Gavel à Trebeurden, deux rattachés au centre hospitalier, le Min Ran et Kergomar ), ceux aussi qui ne peuvent plus, ou difficilement, quitter leur domicile :

             LES PAROISSIENS INVISIBLES

Au sein de notre communauté, des chrétiens se donnent pour mission de faire venir la paroisse à ces invisibles, de les faire réapparaître, de les rattacher à la communauté chrétienne existante, ceci par le moyen du service diocésain de la Présence Fraternelle, ou au sein des équipes d’aumônerie hospitalière ( soins, longue durée ).

La récente période de crise de la COVID 19 a eu au moins le mérite d’une meilleure prise de conscience de l’importance dans tous ces lieux des traitements médicaux, des soins qui répondent aux besoins les plus élémentaires, des souffrances des soignants, mais aussi à une présence humaine attentive aux besoins et attentes des personnes malades, âgées, handicapées qui se sont retrouvées très seules, livrées à elles-mêmes. Mais cet isolement ne reste t’il pas le lot de beaucoup encore maintenant ?

N’oublions pas d’entendre également chez la personne son besoin d’accompagnement dans son désir de vivre, son désir d’être reconnue dans sa dignité.

Reconnaître la personne modifie le regard, conduit à l’écouter et à être attentif à ce qu’elle vit, ses besoins, ce qu’elle attend, ce dont elle est capable.

Et avoir cette joie, lors de notre « naissance au ciel », de nous faire dire : « j’ai eu faim et vous m’avez donné à manger, soif et vous m’avez donné à boire, j’étais étranger et vous m’avez accueilli, malade et vous m’avez visité ».

 

Jean-Michel Roisné

Jean-Michel Roisné

Responsable diocésain de la Présence Fraternelle

« De quoi discutiez-vous en marchant ? » (Lc 24, 17)

Horaires

Préparer un sacrement

Contact

Le lien